Le dancehall sous un nouveau jour

La débauche sexuelle, la violence, l’homophobie sont des thèmes qui nous viennent à l’esprit quand on entend parler de dancehall jamaïcain. Toutefois, bien que la sexualité et le phénomène de criminalité fassent partie des sujets qui sont traités dans cet ouvrage, Jimmy Coton-Pélagie nous montre le dancehall jamaïcain sous un nouveau jour, en établissant un lien entre ce mouvement musical et la société jamaïcaine, et en abordant des thèmes exclusifs révélant plusieurs aspects du dancehall dont la découverte nécessite des connaissances et un travail de recherche laborieux. Les lecteurs pourront non seulement explorer la société jamaïcaine mais aussi se plonger dans les eaux profondes du dancehall grâce aux analyses pertinentes partagées dans ce livre.

18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Le cocu d’Amélie

Si l’amour est infiniment beau, réel dans sa splendeur, magnifique, la haine n’est pas des moindres, car elle est sanguinaire, une méchanceté sans limite, elle n’a pas de qualificatif pour la décrire tellement qu’on ne peut le définir vraiment.
Dans ce récit,  l’auteur présente l’amour et la haine. Ils se rejoignent dans un combat où l’hypocrisie joue un rôle majeur et l’amour est baladé par la haine comme dans un jeu où le gagnant est connu avant même que la partie ne soit engagée.
Il y a une expression qui dit : « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. » Dans le COCU D’AMELIE, l’ours était déjà dans le filet pour jouer la partie.
Alors, si l’Amour est un jeu, il faudrait sans doute en inventer un autre !
18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Le bénévolat dans la vie associative

Suite à  la publication de son premier livre sur la situation du football à Marie-Galante, Bernadette LAPORAL MANDIL s’est sentie investie d’une mission renforçant son souci de privilégier les relations humaines dans le sport. 
Elle veut mettre en avant les difficultés que rencontrent les associations notamment l’implication du BÉNÉVOLAT. 
Elle  considère que, de nos jours, rien ne se fait gratuitement et que le nombre de bénévoles diminue considérablement. Si on ne donne pas une nouvelle impulsion à ce mouvement, pense-t-elle, on court le risque de voir disparaître les associations et d’assister, impuissant, à la mort du sport, notamment. Elle lance un appel à toutes les forces vives, à tous ceux qui refusent la fatalité, qui veulent donner un nouvel élan à toutes les activités sportives pour assurer avec bonheur l’épanouissement de notre jeunesse. 
Elle souhaite vivement que l’analyse qu’elle fait de cette problématique interpelle tout un chacun pour ramener toutes les bonnes volontés au redressement 
de ce qui constitue l’École de la vie. 
20.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Saint-François, une signature sur la joue du temps

La formule « date et lieu de naissance » intégrée dans tous les documents officiels, sacralise la commune natale dans l’identification de chaque individu.
J’ai considéré donc que tout citoyen de Saint-François devrait bien connaitre la « terre de son nombril », de même que tous ceux qui vivent sur ce territoire. C’est l’objet de ce livre-documentaire qui doit embraser de la belle identité de Saint-François tout esprit curieux et responsable.
Car non seulement la commune porte bien son nom, mais elle est aussi une sublime signature dans la géographie du monde.
« Née d’un passé certes douloureux, devenue fille du monde, exposée au soleil levant qui sans cesse inonde son visage, la commune de Saint-François se veut étoile dans le ciel de la Caraïbe et brandit fièrement son identité. Entre la majestueuse croix de Pointe des Châteaux, le bambou du drapeau de Kâli à Anse à la Barque, le moteur à vapeur de l’ancienne usine sucrière gisant à Dubédou et le monument dédié aux héros de la lutte contre l’esclavage érigé à Bois de Vipart, elle s’étale, lascive et langoureuse, et fredonne l’hymne à la fraternité de son métissage, merveilleux fruit de sang-mêlé… »

28.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

KOLOMBIE 2 : BUMIDOM la vérité

La traite négrière n’aurait-elle servi à rien pour que, 115 ans après l’abolition de l’esclavage, un organisme d’État répondant au nom de BUMIDOM, société commerciale, inscrite au registre du commerce et placée sous la tutelle du ministère de l’Outre-mer et celui de l’économie et des finances, mette en place un système pour vider la Réunion, la Guadeloupe et la Martinique, de toute une partie de leur jeunesse ?
Sous prétexte de lutter contre le manque d’activité qui frappe ces régions, le BUMIDOM va en fait organiser une déportation de ces jeunes vers la France, que d’aucuns dénonceront comme étant un vrai génocide par substitution. Une sorte de traite qui, si elle ne peut être comparée dans sa globalité à ce qui a perduré pendant plusieurs siècles, sous certains de ses aspects, laisse apparaître tout de même certaines similitudes.
L’empire qui perd petit à petit une bonne partie de ses territoires veut museler ceux d’Outre-mer. Les prétextes évoqués sont leur démographie galopante et un chômage endémique. Mais sont-ce vraiment ces faits qui ont motivé le dépeuplement de ces régions ?

20.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Homme d’argile

Ces nouvelles donnent à voir une Guadeloupe et une Martinique qui se transforment sous le poids de la vie. Les personnages viennent d’horizons différents, mais doivent tous, à un moment donné, faire face à leurs combats.
Qui sont-ils ?
Une adolescente qui choisit d’avorter.
Une femme de gendarme qui veut connaître la Guadeloupe malgré les réticences de son entourage.
Un voyou repenti qui devient médiateur de rue.
Un homme politique aux prises avec la sorcellerie.
Et de jeunes chrétiens qui tentent de rester chastes.
Sous la plume de l’écrivain, on rentre dans leur intimité pour comprendre comment ces personnages négocient les ruptures de la vie. On en ressort grandi car la littérature est là pour construire des ponts entre les hommes et les continents…

12.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Transmettre l’outre-mer

entre outrages et outrances
Aure Léonide Jeangoudoux nous offre, une fois de plus, un essai documenté pour nous dire les outrages et les outrances qui fondent nos sociétés de l’Outre-mer français.
Un argumentaire centré sur l’analyse critique de nos multiples logiques pour nous aider à mieux penser les liens qui délimitent nos libertés.
Une mission générationnelle, au féminin, sur la recherche de l’Histoire, sur l’obligation de réfléchir les repères de notre imaginaire et nos ambivalences, sur nos pratiques sociales aux confins de la culture du dékatman, et sur l’utopie de l’histoire-géographie.
Un style très concis, enrichi de culture créole et d’humour personnel.

15.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Faire une différence

Cet ouvrage est un ensemble de réflexions que j’ai mené dans le cadre de conférences, de tribunes libres et de sermons. Certes, elles sont parfois religieuses mais elles évoquent l’engagement citoyen, la solidarité, l’ambition, les cultures urbaines, la politique, les bénéfices de la lecture et la cohésion sociale malgré nos différences. Les personnes sensibles à la spiritualité, peu importe leurs confessions, sauront s’y retrouver mais ceux qui n’ont rien à voir avec la pensée religieuse y trouveront également un intérêt. J’espère que ces réflexions sauront vous encourager à faire une différence au quotidien, là où vous êtes, avec vos moyens pour l’édification d’une société plus forte, plus sereine et plus solidaire.

16.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Sous le soleil de la dignité

Ces nouvelles abordent des thèmes divers tels que les dégâts causés par la drogue, le rôle de la culture hip-hop dans la vie de la jeunesse antillaise, la foi chrétienne, le chômage des jeunes, le couple à l’épreuve du divorce, la solitude et les souffrances d’un responsable d’église protestante, la femme antillaise, la relation père-enfant, les 44 jours de grève en Guadeloupe ; le tout à la lumière de la compassion qui l’anime lorsqu’il réfléchit sur ces sujets.

15.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Pawòl an nou

Chaque peuple a ses us et coutumes, sa façon de traduire en mots et en expressions ses faits et gestes.
Benzo nous propose dans ce livre, quelques thèmes qui permettront à certains d’entre nous de remonter la période “an tan lontan” de leur enfance et de revivre des situations inoubliables valorisant la parole.
On y trouve un vocabulaire spécifique sur : le jeu de billes, les liens de parenté, les joutes oratoires, la santé, le nom des coqs de combat, les différentes variétés de mangues, les lolos, les slam dans le jeu de loto à 90 boules…
Ces expressions sont en constante évolution ; car chaque génération apporte sa touche personnelle liée aux évènements marquant la vie de la cité.
Alors, prenez le p’tit banc et assoyez-vous pour délecter les belles expressions du pays !
Alòs pran tiban-la é sizé pou zòt pipigné bèl pawòl a péyi-la!

18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Coups de soleil

Né dans la commune de Gosier ( Guadeloupe), professeur de lettres, poète, diseur, nouvelliste et romancier, Max Jeanne est l’auteur d’une œuvre déjà importante. Grâce à de nombreuses prestations dans les écoles, les médiathèques et les cafés-théâtres, il participe activement à la vie associative et littéraire de son île.

Coups de soleil est son troisième recueil de nouvelles et, comme les deux précédents, témoigne, en dix instantanés inédits, de notre relation à la Guadeloupe, à la Caraïbe ( Haïti, Cuba, Martinique, etc) et, au-delà, au Tout-Monde.

12.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Noir-e et manager

Cet ouvrage aborde la problématique de l’impact de la couleur de la peau des personnes dites noires dans le management. Il pose pour la première fois de l’histoire de cette discipline, et de façon incisive, la question de la couleur de peau desdits noirs dans le management dans une société post-esclavagiste.

L’auteure met en évidence la façon et les raisons qui font que le fait d’être afro, indodescendant ou Noir au sens large du terme, peut représenter pour certains managers un handicap sérieux dans l’exercice d’une fonction de management ou de direction.

L’ouvrage explique comment dépasser la couleur de la peau dans les relations interpersonnelles et plus précisément dans la relation de management.

De par son expérience de manager, l’auteure donne des bases conséquentes pour exercer, quand on est afro, indodescendant ou Noir, une fonction de direction ou de conduite d’équipe dans une société post-esclavagiste comme la Guadeloupe.

18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier