Danser avec la vie

« Dans l’histoire de l’humanité, on n’a jamais vu un désastre naturel de cette dimension ».
Ainsi parle Edmond Mulet, Chef de la MINUSTAH, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti, après le séisme du 12 janvier 2010, 300 000 morts, encore plus de blessés, cinq fois plus de personnes déplacées, 1200 camps de réfugiés.

Haïti, la petite Haïti, une fois de plus le pays des « grandes premières ».

Et, dans un moment où le monde entier se penche à son chevet, l’expérience d’un homme et son engagement sur le terrain depuis 1976 font du village de Pandiassou sur le Plateau Central, un phare. Une véritable métaphore.

Cet homme ? Frère Francklin Armand à la tête de la Fraternité de l’Incarnation.

C’est son histoire, son parcours, son œuvre que ce livre tente de montrer, mêlant, tant la réalité est prolixe et inattendue, reportages, carnet de voyage, enquêtes et interviews, histoire et politique, sociologie et littérature.

Un livre-témoignage qui veut exalter la grandeur du quotidien des femmes et des hommes du peuple haïtien.

30.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Carnaval guyanais – Traversée littéraire

Le carnaval, sommet et foyer des réjouissances, est au centre de tous les secteurs de la vie guyanaise et s’étale sur environ deux mois, de l’épiphanie au mercredi des cendres. Aussi, il n’est pas étonnant que cette thématique du carnaval ait une place importante dans la production littéraire guyanaise. Ce recueil présente des grands noms attendus, mais aussi des écrivains moins connus, des textes anonymes et des textes inédits. Il permet au lecteur de mieux appréhender l’univers vertigineux du carnaval, de mieux cerner l’imaginaire carnavalesque, de mieux comprendre la perception par les auteurs du personnage clé qu’est le Touloulou.
Durant la période du carnaval, tout se déstructure, puis se restructure. Le temps est suspendu. Les êtres se métamorphosent. Cet ouvrage n’est pas un guide. Il se voudrait juste une invitation à voyager au pays des carnavaliers et carnavalières de Guyane.
Le carnaval se vit mais peut aussi s’expliquer !

25.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Séparation sans retour

La séparation d’une manière générale est difficile à vivre pour tout être. Elle induit de la souffrance chez l’homme et peut provoquer des troubles plus ou moins graves.
Dans le champ de la protection de l’enfance où des familles vulnérables, fragilisées par des situations d’exclusion ont à subir la séparation de leurs enfants, du fait de leurs conditions d’existence, de leurs pathologies ou tout autre limite personnelle, cela pourrait relever de la cruauté si l’objectif premier n’était pas de protéger l’enfant en situation de danger.
Dans son ouvrage « Séparation sans retour ou la problématique du retour en famille de l’enfant en accueil familial ».
Dany HOUBLON JOMBERT, analyse le dispositif d’accueil familial. Elle l’approche sous l’angle du retour à partir du constat d’un nombre important d’enfants faisant l’objet de placement long ou en rupture définitive avec leur milieu d’origine.
Elle s’appuie sur les travaux de spécialistes en sciences humaines, des entretiens avec tous les acteurs de l’accueil familial et son expérience professionnelle.
Son objectif : faciliter le retour en famille d’une majorité d’enfants séparés trop longtemps de leurs parents. Elle affine son analyse par la clarification des concepts, la formulation d’hypothèses. Elle identifie les freins au retour pour préconiser des actions de soutien aux parents en lien avec leurs capacités.

20.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Vatican II

Le 11 octobre 1962, Jean XXIII ouvrait à Rome le concile oecuménique Vatican II. Dans son discours d’ouverture, le Pape donna le ton et l’esprit des travaux : « Notre devoir n’est pas seulement de garder ce précieux trésor qu’est l’Eglise comme si nous n’avions souci que du passé, mais nous devons nous consacrer, résolument et sans crainte, à l’ouverture que réclame notre époque, poursuivant ainsi le chemin que l’Église parcourt depuis vingt siècles ».

La réponse faite par 2 400 évêques du monde entier, au Pape Jean XXIII, les invitant à porter collégialement le souci de l’Église Catholique, mais aussi des hommes et des femmes de leur temps, devait mener à des propositions de la plus grande importance, tant par leur nombre que par leur contenu. Ces propositions constituent des trésors spirituels dont l’Eglise ne cesse de découvrir la richesse : l’importance vitale de l’Ecriture, la participation active des baptisés, une nouvelle approche de l’Eglise, la rencontre de tout homme avec amour et bienveillance, le dialogue dans la recherche et l’amour de la Vérité, la défense de la liberté de conscience et de la liberté religieuse, le respect des autres religions.

Le monde a beaucoup changé depuis ce concile. De nouveaux défis sont apparus : drogue, chômage, pouvoirs médiatiques, maîtrise éthique des avancées technologiques, questions liées à la mondialisation, montée des intégrismes religieux… Vatican II n’avait pas prévu et ne pouvait pas prévoir cela. Mais ses intuitions majeures restent des points de repère pour vivre dans le monde d’aujourd’hui. L’incarnation du Seigneur doit sans cesse entraîner celle de l’Église.

8.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

LIBRES PROPOS CIVIQUES EN PAYS FRANÇAIS D’AMERIQUE 2009 – 2014

LIBRES PROPOS CIVIQUES EN PAYS FRANÇAIS D’AMERIQUE 2009 – 2014
GUADELOUPE – GUYANE – MARTINIQUE

Le pays se dit d’une région envisagée du point de vue d’une certaine identité ou communauté d’intérêts de ses habitants ou encore une entité territoriale créée pour tirer parti de cohérences géographiques, historiques, économiques ou sociales.
Au regard de ce qui est énoncé, ces définitions correspondent parfaitement à la réalité de la Guadeloupe, de la Guyane et de la Martinique et peuvent ainsi être présentées comme des pays français d’Amérique.
Terres aux confluences de plusieurs cultures politique, normative, économique, culturelle et sociale, les pays français d’Amérique suscitent des questionnements sérieux qui invitent le citoyen à la réflexion.
Le présent ouvrage a cette ambition en proposant des gloses sur les institutions, sur la politique économique et sociale, sur les relations internationales et européennes, sur l’écologie. Bien que le propos soit libre, il n’en demeure pas moins empreint de rigueur dans ses développements.
L’ouvrage est une invitation à instaurer le débat, en persuadant le citoyen qu’il est le premier décideur au sein d’une société organisée.

18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Au nom des ponts

Marie-José VISCARD est professeur à la retraite.
Elle a tenu, pendant ces deux années de temps libre, à écrire des souvenirs reflétant la vie d’une Guadeloupéenne des soixante dernières années.
A travers une partie de son histoire, c’est celle de son pays, la Guadeloupe, qu’elle a voulu revisiter en présentant quelques aspects parfois méconnus.
L’actualité récente a aussi été prise en compte. Appel à l’amitié, à la solidarité entre les individus et les peuples, tel est le message qu’elle a voulu faire passer, d’où le symbole des ponts… XIXème – XXème siècles.

28.59
Aperçu rapide
Ajouter au panier

L’impromptu de Carnot (poéthéâtre)

Indéniablement, le Lycée Carnot de Pointe-à-Pitre reste un haut-lieu de la mémoire collective de la Guadeloupe. Beaucoup d’hommes et de femmes qui, à des titres divers, ont marqué l’histoire de cette île en ont été les prestigieux élèves.
En 2014, nombre de manifestations ont été organisées (visites guidées, conférences-débats, tables rondes, expositions, spectacles, appels à témoignages sur le net, etc…) pour célébrer son 130ème anniversaire.
Inspiré par cet événement, L’impromptu de Carnot (poéthéâtre) entend, à sa manière, rendre hommage à cet établissement quasi mythique ainsi que, toutes générations confondues, aux professeurs, lycéens, surveillants et agents (célèbres et/ou anonymes) qui en ont fait la renommée.

12.25
Aperçu rapide
Ajouter au panier

AN KÉ FOUTÉ-W SENJANBÒSKO « Je te mettrai à Saint-Jean-Bosco »

Au cours des années 1950 et probablement jusqu’aux années 1980, le centre Saint-Jean-Bosco remplissait une fonction toute particulière dans l’imaginaire des familles.
Si, dans ce roman, il n’est pas question d’en interroger le fonctionnement, c’est pour concentrer toute l’attention du lecteur sur un aspect très précis de l’évolution de la famille guadeloupéenne, qui, acculée à la recherche d‘une solution institutionnelle, serait subrepticement passée d’un énoncé violent de son amour parental à un agir extrêmement ultime et irrémédiable de ce même amour, agir qui s’étend de la démission à l’infanticide, confirmant la crise que traverse l’institution famille.
Toute l’actualité suscite des interrogations qui nourrissent le débat.
Serait-ce là les prémices d’une conduite suicidaire ?
Y aurait-il une corrélation historico-psycho-sociologique dans ces désirs de placements ?

18.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Le plus petit de mes frères

Steve Gadet nous emmène dans une série de réflexions variées avec un fil rouge : l’harmonie d’une société passe par le sort des plus vulnérables. Nos plus grands réformateurs, qu’ils soient politiques, religieux ou issus de la société civile, ont souvent pris comme repère les personnes ayant le moins de ressources pour faire face aux défis de la vie. Parfois ces personnes habitent près de chez nous ou dans nos maisons. Certaines d’entre elles vivent dans les endroits les plus fiévreux et les plus instables de nos îles. D’autres évoluent dans nos entreprises ou dans nos administrations.
Certaines fréquentent les mêmes cercles religieux que nous. Le devoir de ceux qui ont plus de ressources pour faire face aux défis de la vie, c’est d’être ce trait d’union entre eux et les ressources manquantes. Tout cela sans aucune naïveté et sans aucun misérabilisme. Si les plus vulnérables d’entre nous ne sont pas accompagnés, enseignés, défendus, responsabilisés, soignés et écoutés, le climat de paix auxquels nous aspirons tous ne restera qu’un rêve lointain. Comme le disait le Christ il y a deux mille ans, tout commence par le plus petit de mes frères…

16.50
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Chronique carnaval Guadeloupe

Permettons à ceux qui découvrent le Carnaval,
de ne pas être seulement les assistants passifs d’un spectacle,
mais de pouvoir le décoder un tant soit peu,
en saisir le sens pour mieux comprendre la place
du Carnaval dans notre culture.
L’auteur vous invite à une balade colorée…

27.50
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Nous, les naufragés de l’indépendance

Parallèlement, il s’est impliqué en politique au sein d’un parti indépendantiste. Il est l’auteur de plusieurs  essais : ”Critique de la Créolité” ; “Nous fils de nos ancêtres, état des lieux, état des hommes » ; « la Grande manipulation politique » (ouvrage collectif de son groupe de  réflexion politique le Congrès Populaire Martiniquais) ; « Visages d’Afrique dans la Caraibe ». Il a deux romans à son actif : « Le trésor des morts du Morne » et « L’arnaqueur des Antilles”.Dans le présent ouvrage, il nous livre ses analyses et ses réflexions sur les courants indépendantistes en Martinique et en Guadeloupe.

20.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier

Propos d’un nègre marron

Le nègre marron invite tous les frères en humanité (Noirs, Blancs, Jaunes) à se débarrasser mutuellement de leurs chaînes mentales qui font de l’un un éternel esclave et de l’autre un esclave du péché.
Ainsi libérés de leurs entraves, réciproquement, ils chasseront dans leurs têtes le complexe d’infériorité et le complexe de supériorité qui empoisonnent leur vie. Alors, on verra naître au sein de cette nouvelle génération un changement de mentalité laissant place à une humanité fraternelle, réconciliée avec elle-même.

27.00
Aperçu rapide
Ajouter au panier